Guerre secrète contre les peuples

La guerre secrète contre les peuples

Claire SEVERAC[1]

Éditions Kontre Kulture (2015)

Cet ouvrage est le résultat d’une enquête de trois ans à partir de documents, en particulier de documents militaires déclassifiés, d’archives, entre autres celles des brevets déposés par de grandes firmes, de sites d’ONG et d’institutions gouvernementales.

Claire Séverac a recoupé des discours, elle a rassemblé des témoignages d’experts «repentis», de scientifiques intègres, d’observateurs divers et des articles de journalistes parus dans de grands journaux américains et britanniques essentiellement.

Son livre est une longue listes de faits, de noms, de dates, de références à des rapports militaires ou scientifiques et des publications diverses. Il est impossible de le résumer en 4 ou 5 pages et d’y apporter ainsi les preuves qu’elle a collectées.

Aussi vais-je me contenter de donner les grandes lignes qui se dégagent de son enquête et pour ceux qui veulent les détails et les références, il leur faudra consulter, à défaut de lire, les 400 pages de son ouvrage.

L’auteur montre qu’une ‘élite de l’élite’, constituée de quelques grandes familles connues et nommées, essentiellement britanniques et américaines, est en train d’asservir l’humanité et d’établir un nouvel ordre mondial avec la complicité des gouvernants et des grands médias.

Leurs armes sont la chimie, le génie génétique, les ondes électromagnétiques et les modifications artificielles du climat (on pourrait même dire la guerre climatique). Les grands progrès de la science, dont peu de gens ont idée, sont mis au service d’une entreprise de destruction massive de l’humain et du vivant en général pour le seul profit d’une petite minorité qui possède le pouvoir financier et a réussi à corrompre les pouvoirs politiques.

Cette élite financière en possession des industries (chimique, pharmaceutique, alimentaire, etc.) a un pouvoir mondial de décision, donne ses ordres aux politiques et possède les grands médias. Elle se réunit annuellement et nos nouvelles lois suivent ces réunions. Elle finance également la recherche scientifiques et en dirige les applications en fonction de ses intérêts et de ses buts.

Son but n’est plus l’argent, qu’elle possède déjà ; son but ultime est écrit dans des rapports internes et des publications référencés dans ce livre. Son programme est en partie rédigé en huit langues sur les «Georgia Guidestones», un étrange monument érigé en 1980 aux USA. Cette élite a exprimé son ambition de réduire la population de l’humanité, dont 80% sont des «bouches inutiles» pour elle, et de la contrôler entièrement. Cette réduction de l’humanité a commencé il y a plusieurs décennies par la stérilisation des populations les plus pauvres à travers des campagnes de vaccination n’ayant absolument pas un but sanitaire. Cette stérilisation par vaccination interposée touche maintenant l’Occident.

Les grands progrès scientifiques mis au service de la manipulation psychologique des humains ont été obtenus aussi grâce à des expérimentations occultes sur des prisonniers, des militaires et des civils, en particulier sur des populations des USA, sur des Russes et maintenant sur des civils des pays de l’OTAN (dont la France). Les pays à la pointe de cette science de la manipulation de l’humain et des expérimentations sur des humains sont les USA et la Russie. Les USA ont récupéré et gracié 1500 scientifiques nazis auxquels ont été confié des laboratoires de recherches financés par cette élite qui avait déjà financé les nazis et dont les banques financent depuis la 2e guerre des trafics illégaux et des terrorismes divers, dont actuellement les djihadistes du Moyen Orient.

«La Stratégie du choc», dénoncée par Naomi Klein, est celle de cette élite qui provoque le chaos pour arriver à ses fins d’ici 2025/2030, dates signalées dans leurs «agendas». Chaos pour provoquer des migrations massives (qu’elle prétend contrôler) afin de dissoudre les nations et favoriser la perte de repères et l’uniformisation des peuples.

Les civils américains et européens subissent actuellement des épandages par avions, ciblés sur les zones les plus peuplées, de produits chimiques et organiques (bactériologiques, séquences d’ADN, matériel génétiques, etc.), de micro et nanoparticules diverses à des fins de contrôle ou de destruction des populations. Ces avions sont militaires et commerciaux. Par exemple les compagnies low cost gagnent leur argent avec ses épandages.

Le fluor ajouté aux eaux du robinet, qui permet de recycler des déchets industriels sans payer les taxes de dépollution, non seulement est cancérigène et favorise les fractures osseuses, mais est aussi et surtout un moyen de rendre les gens dociles, d’après les expérimentations menées par les nazis et la CIA.

Aux armes chimiques diverses énumérées dans ce livre s’ajoutent depuis quelques décennies les ondes électromagnétiques et en particuliers les micro-ondes, dont les méfaits nombreux s’intensifient avec la prolifération du matériel électronique, des téléphones mobiles et des antennes relais de plus en plus nombreuses. A ce qui est visible pour nous et dont nous sommes complices s’ajoutent de puissantes armes militaires dont le projet HAARP, de la base américaine d’Alaska, est le prototype. De très grands complexes militaires basés dans divers points du globe sont en train d’enfermer l’humanité dans un immense «four à micro-ondes» à l’échelle planétaire (lieux et détails des pays concernés et complices dans le livre).

Pour l’efficacité de ces projets militaires, des tonnes de particules d’aluminium, de baryum et autres métaux lourds et substances diverses sont envoyées dans les airs, dans la stratosphère, sous prétexte de contrer le réchauffement climatique.

Pour des scientifiques intègres (32.000) le réchauffement actuel dépend du soleil et de son activité cyclique et non des activités humaines, non du CO2 indispensable à la vie végétative. Les astronomes ont constaté un réchauffement général des planètes du système solaire. L’arnaque du CO2, responsable soi-disant de l’effet de serre et du réchauffement, a donné le prétexte à l’utilisation d’une géo-ingénierie pour refroidir la Terre en propulsant des tonnes de substances et d’aluminium réfléchissant les rayons solaires. Aluminium que l’on retrouve dans les sols et les eaux partout dans le monde où des analyses sont faites (y compris dans des bacs à sable pour enfants des jardins publics de Paris). Monsanto le sait, car il a breveté des semences résistantes à l’aluminium.

Mais en réalité les métaux lourds facilitent la propagation et l’utilisation d’armes électromagnétiques de contrôle à partir de bases militaires en connexion avec des milliers de satellites circulant maintenant autour de la Terre.

D’autre part ce réchauffement actuel ne peut pas être responsable, d’après de nombreux scientifiques, de la fréquence et de l’intensité des catastrophes naturelles des dernières décennies. En revanche, la géo-ingénierie de plusieurs pays, surtout des USA et de la Russie, est capable de modifier artificiellement le climat et de provoquer diverses catastrophes (tremblement de terre, raz-de-marée, pluies diluviennes, etc.), d’orienter ou de dévier des tempêtes, des pluies, etc.

Claire Séverac donne des exemples de catastrophes climatiques survenues dans des pays en divergence politique avec ces grandes puissances possédant le pouvoir de modifier le climat. Par exemple, le gouvernement Jospin, qui refusait entre autres les OGM américains et qui entraînait l’Europe dans ces refus, a été mis au pas par la tempête du début du siècle, qui a fait 92 morts et d’énormes et coûteux dégâts en France. Après cette tempête, le gouvernement Jospin a accepté des USA beaucoup de choses parmi celles qu’il refusait avant la tempête. Des spécialistes ont affirmé que cette tempête imprévisible et imprévue par les météorologues n’avait rien de «naturel». Plusieurs pays et le Parlement européen ont demandé des explications aux USA concernant des catastrophes climatiques au cours des décennies passées. D’autres pays se sont plaints des Russes.

Les progrès techniques des savants fous, financés par cette élite, sont en train de fabriquer des «chimères hybrides» mi-homme, mi-animal. «Le Daily Mail titrait en juillet 2011: Les scientifiques ont créé plus de 150 hybrides humain-animal dans les laboratoires anglais»

Les expérimentations multiples décrites dans cet ouvrage manifestent un tel mépris du genre humain et des êtres vivants en général qu’elles sont éprouvantes à lire. Le contrôle des masses visé passe par les empoisonnements, les manipulation génétiques, les stérilisations de masse, les vaccinations et toutes les autres méthodes d’implantation de puces (voir P.S. ci-dessous) pour parvenir à une humanité réduite en nombre et asservie aux besoins de cette élite qui se prend pour le maître du monde (parmi les gouvernants ayant exprimé fortement et ouvertement leur opinion en faveur d’un «puçage» systématique des gens, nous trouvons entre autres Sarkozy et Obama.)

Claire Séverac cite également Sylvain Timsit, qui énumère les «10 stratégies élémentaires de manipulation dont nous sommes victimes à longueur de temps». Selon la stratégie n°2 (action, réaction, solution), «les autorités créent un problème… qui va susciter une réaction émotionnelle du public, très souvent la peur… (puis) offrent les solutions… Les exemples sont multiples: annoncer une pandémie qui… tue tout sur son passage, puis l’arrivée d’un vaccin qui va tous nous sauve; … créer une crise économique… pour faire accepter le recul des droits sociaux…; laisser se développer de la violence urbaine ou favoriser des attentats», etc.

Bref, créer chaos ou choc pour justifier des mesures impopulaires, des reculs des libertés et des droits. Cette élite du nouvel ordre mondial veut «une humanité affaiblie génétiquement modifiée avec des survivants faciles à manipuler et à diriger par la dictature… des esclaves performants… bêtes, pauvres, pucés, drogués, dociles et adaptés aux tâches nécessaires». Les preuves tirées des archives militaires, des archives des brevets, des documents officiels cités sont multiples. La création des «transhumains» est en route.

Les moyens pour arriver à cela sont en cours d’utilisation depuis les années 60 et leur usage s’accélère, car nous approchons de dates qui sont fixées dans les documents internes de cette élite de l’élite (le Forum de Davos prévu à l’origine pour janvier 2021, puis repoussé à juillet, consultable sur internet, annonce plus ou moins discrètement ce qui nous attend avec sa «grande remise à zéro» et son apologie du transhumanisme).

Plusieurs des journalistes enquêteurs ou experts «repentis» cités sont morts dans des conditions suspectes sans enquête policière. Les scientifiques connus qui dénoncent les mensonges ou les méfaits de ces pratiques criminelles sont discrédités, harcelés ou privés de crédits pour leurs recherches. Après la parution en 2015 de ce livre, Claire Séverac est décédée en 2016 d’une mort qualifiée de suspecte par son entourage.

Commentaires MFT

En France, la liberté d’enseigner est très réduite, recluse dans de petites écoles «confidentielles». Les programmes de l’Éducation Nationale maintenant fabriquent, selon les couches de la population, des illettrés ou des gens conformes au besoin d’une économie et d’un État autoritaire. L’enseignement général n’existe pratiquement plus. À la place, une culture parcellaire, un enseignement de disciplines utiles mais sans liens entre elles, une fabrique d’individus facilement accessible à une pensée unique conformiste, d’humains qui ont perdu le courage de penser par eux-mêmes et qui ont «foi en l’autorité».

L’absorption de dogmes scientifiques, de dogmes politiques ou économiques, de dogmes matérialistes ou religieux remplacent l’apprentissage du penser autonome et de la réflexion critique.

Dans ce contexte, favorable à la docilité, les pratiques destructrices de l’individuel et l’uniformisation voulue par une clique de psychopathes sont d’autant plus efficaces.

A mon avis, la destruction physique actuelle des humains est précédée par la destruction des individualités, la neutralisation des forces créatives et originales des individus par des sociétés stérilisées, minéralisées par le matérialisme et devenues stérilisantes pour l’humanité des individus. Sinon, comment comprendre que des êtres sains ayant développé leur humanité et moralement conscient de leurs actions puissent participer à cette barbarie? Autrefois, dans la littérature, on aurait dit des gens de cette minorité financière et industrielle qui se croit maîtresse du monde et leurs complices par cupidité ou ignorance qu’ils ont «vendu leur âme au diable». Quant à nous, victimes de ces pratiques, notre silence et notre soumission nous rend traîtres au genre humain.

[1] 1948-2016. Après des études de sciences politiques puis une carrière artistique aux USA et en France, elle bifurque sur le tard vers le journalisme d’investigation. Elle publie «Le complot mondial contre la santé» (« Nos maux proviennent de l’alliance du cartel chimico-pharmaceutique »), «Crime alimentaire organisé» et «La coupe est pleine» en collaboration avec Sylvie Simon (sur le lobby financier et le simulacre de démocratie). Sylvie Simon avait publié plusieurs livres dénonçant «La maffia médicale» et les vaccinations abusives.